Novembre 2017

 
 
 
 
 
 
Tom Miocevich
Mortgage Agent
Dominion Lending Centres Edge Financial
FSCO Lic. # 10710
Téléphone: 416-569-7283
Télécopieur: 416 850 4325
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

DANS CE NUMÉRO

 
 
La Banque du Canada maintient sa position  
Des restrictions gouvernementales concernant l’admissibilité à un prêt hypothécaire  
Au sujet des Centres Hypothécaires Dominion  
Conseils à l'intention des propriétaires  
Saviez-vous que...  
 

Bonjour‎ Alyson

Bienvenue à l’édition de novembre de mon bulletin mensuel!

L’édition de ce mois-ci traite de ce que la Banque du Canada est prête à faire (ou non) et surtout de ce que le gouvernement fédéral met en œuvre le 1er janvier. De plus, nous analyserons brièvement l’effet du congé de maternité ou de paternité sur l’achat d’une nouvelle propriété ou le renouvellement de votre prêt hypothécaire actuel. Si vous avez des questions ou des commentaires concernant ce qui suit, n’hésitez pas à m’en faire part.

Nous vous remercions à nouveau pour votre soutien et vos recommandations.

 
   
 
   

La Banque du Canada maintient sa position

 
         
 

Le 25 octobre dernier, la Banque du Canada n’a fait aucun changement au taux de financement à un jour.

Cette inaction était grandement prévisible, la Banque Canada ayant surpris 27 des 33 économistes sondés lors de la hausse précédente de 0,25 % le 6 septembre, suivant une hausse antérieure de 0,25 %, le 12 juillet. À ce point, c’est le sang-froid qui prévaut.

Ces deux hausses récentes devraient être perçues en considérant que la dernière fois où le taux de base a atteint un niveau aussi « haut » était en septembre 2010, alors qu’il a ensuite stagné pendant plus de quatre ans. Jusqu’à ce qu’un choc au système ait déclenché deux baisses de 0,25 % au début 2015. Une réaction à la chute soudaine du prix du pétrole.

Des chocs touchant le système entraînent souvent des chutes de taux, alors que c’était imprévu.

 

Qu’est-ce qui fera en sorte que les taux continueront à grimper à l’avenir? Les bonnes nouvelles économiques, qui semblent être quelque chose qui tend à se développer de manière prévisible et lente. Il est peu probable que les taux d’intérêt augmentent de façon significative bientôt; ils sont susceptibles de monter doucement et lentement lorsqu’ils le feront. Justement comme ils l’ont fait jusqu’à maintenant.

L’effet net des deux augmentations de 2017 est le retour à un sommet précédent établi en 2010, un « sommet » qui demeure un faible niveau historique remarquable.

La prochaine rencontre de la Banque du Canada aura lieu le 6 décembre et, à ce jour, peu d’experts prédisent une hausse de taux.

Vous vous demandez si vous devez bloquer ce taux variable? Procédez avec prudence, agissez en toute connaissance de cause et allez chercher ces connaissances auprès de plusieurs sources, y compris en discutant avec moi.

 
   
 

Des restrictions gouvernementales concernant l’admissibilité à un prêt hypothécaire

 
 
         
 

Quand? – Le 1er janvier 2018 – Les prêteurs peuvent adopter de nouvelles politiques plus tôt en raison de la date choisie.

Qui est touché par ces prochains changements?

No 1 – Personne qui renouvelle un prêt hypothécaire existant.

No 2 – Personne qui achète une propriété avec une mise de fonds initiale INFÉRIEURE à 20 %.

D’accord, donc qui est touché?

Les gens qui ont une mise de fonds initiale de plus de 20 % à verser lors d’un nouvel achat, ou qui détiennent une valeur nette de plus de 20 % dans leur propriété.

Eh oui, il s’agit du groupe qui représente le risque le plus faible absolu par rapport à la stabilité du marché. Vous pouvez avoir un crédit incroyable, un excellent revenu et une mise de fonds de 20 % ou plus... mais votre prêt hypothécaire maximum sera réduit d’un solide 20 % comparativement à ce qu’il a été au cours des vingt dernières années ou à peu près.

Est-ce si important? Oui et non.

Non, parce que la majorité des Canadiennes et des Canadiens empruntent rarement 100 % de leur maximum. Le groupe qui atteint son maximum tend à être le même groupe qui verse MOINS de 20 % à titre de mise de fonds initiale et le gouvernement s’est déjà adressé à ce groupe en octobre dernier.

En d’autres mots, l’incidence de ces règles sera faible dans l’ensemble… en grande partie.

Oui, c’est si important, bien que, particulièrement pour le petit nombre de personnes qui seront touchées directement, ces changements seront ressentis comme une gifle froide et dévastatrice.

Cela dit, les statistiques de plusieurs décennies démontrent que les propriétaires de maison détenant une valeur nette supérieure à 20 % représentent tout près de zéro saisie, comme on peut l’imaginer.

 

En d’autres mots, le groupe le plus touché n’est pas celui auquel on doit imposer une « stabilisation » ni des restrictions. Ce sont des gens qui s’autoréglementent déjà, dans une très large mesure. Après tout, c’est ce qu’ils ont fait pour avoir une valeur nette de 20 %, ainsi que l’excellent crédit et le revenu requis pour ce montant maximum, au départ!

Qu’est-ce que cela signifie pour le marché? Est-ce qu’un effondrement est imminent?

Non.

Encore une fois, ce n’est qu’un petit nombre de personnes qui sera touché. Quoique si vous lui demandiez, ce petit groupe vous dirait qu’il est sérieusement touché.

Plus particulièrement, il est peu probable que ces changements aient une incidence importante sur les marchés déjà affaiblis et ralentis de Vancouver ou de Toronto. Cela est dû aux revenus plus élevés de la moyenne des ménages des propriétaires de maison dans ces villes.

Peu importe la petite ville canadienne, là où l’effet de la « simulation de crise » de l’année dernière imposée aux acheteurs détenant moins de 20 % de la mise de fonds initiale a eu un effet négatif important, on pourrait très bien ressentir une autre vague de pressions à la baisse sur les prix. Quelque chose qui déplaira à de nombreux propriétaires de maison et, étant donné qu’il est peu probable que la baisse des prix soit assez importante pour plaire aux acheteurs potentiels, essentiellement, personne ne sera satisfait.

Pour être clair, ces changements ont été apportés par le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) et le mandat du BSIF est précisément de « protéger la stabilité du système bancaire canadien ».

Ces changements ne visent pas à créer des logements abordables, ni à traiter des dettes des consommateurs, ni à mettre fin aux guerres d’enchères, ni à ralentir les offres sans condition, ni à stimuler une flambée des prix, etc. Si ces changements vous préoccupent et vous craignez qu’ils nuisent à votre propre capacité de financement, veuillez communiquer avec nous immédiatement, nous avons encore le temps de prendre les mesures nécessaires avant l’échéance du 1er janvier 2018.

 
   
 

   
   

Au sujet des Centres Hypothécaires Dominion

 
         
 
 
Notre société de courtage hypothécaire est la plus importante et celle dont la croissance est la plus rapide au Canada!
 
Nous comptons plus de 2 600 conseillers hypothécaires dans plus de 350 succursales partout au pays!
 
Nos conseillers hypothécaires sont des spécialistes dans leur domaine et plusieurs d’entre eux sont parmi les meilleurs au Canada.
 
Nous travaillons pour vous et non pour les prêteurs; votre intérêt véritable sera toujours notre priorité.
 
Nous avons plus de 100 programmes hypothécaires à notre disposition, ce qui permet de choisir facilement celui qui convient le mieux à votre situation.
 
Nous concluons des prêts dans les 10 provinces et les 3 territoires.
 
Nous pouvons traiter votre prêt hypothécaire en 7 jours seulement.
 
Nous sommes le prêteur hypothécaire que privilégient plusieurs entreprises parmi les plus importantes au Canada.
 
Les conseillers hypothécaires des Centres hypothécaires Dominion sont à votre disposition en tout temps, partout, en soirée et pendant les fins de semaine, et ils iront même vous visiter chez vous!
 
 

Souvent, l’arrivée imminente d’un nouvel ajout à la famille déclenche des réflexions sur d’autres changements dans nos vies. Nous décidons parfois qu’un véhicule plus spacieux ou qu’une habitation plus grande serait de mise. Et nous ne connaissons peut-être pas l’incidence qu’ont des versements plus élevés sur notre admissibilité à un prêt hypothécaire.

Voici quelques points importants sur les prêts hypothécaires et l’ajout de nouvelles dettes :

1. Le versement mensuel pour une automobile louée ou financée peut avoir un effet négatif important sur l’admissibilité à un prêt hypothécaire. Le logement d’abord, les véhicules ensuite.

2. Le fait d’être en congé de maternité ou de paternité tout en cherchant une maison n’est pas un obstacle. La clé est d’avoir une lettre d’emploi qui précise clairement la date du retour au travail, c’est-à-dire qu’il faut qu’un emploi rémunérateur à temps plein vous attende.

3. Être en congé de maternité ou de paternité, ou même avoir un nouveau paiement d’automobile dans votre vie, ne nuira pas à votre capacité de renouveler votre prêt hypothécaire avec votre prêteur actuel, bien que cela puisse rendre plus difficile la tâche de changer de prêteur.

Avant d’ajouter un paiement d’automobile, avant de mettre votre maison en vente, appelez-nous.

Comme d’habitude, je suis là pour vous aider!